autoedition, ecriture

Le journal d’une écrivaine auto-éditée aux USA: Le petit livre qui monte, qui monte, qui monte…et suivi des ventes.

Si vous êtes inscrit pour recevoir mes courriels hebdomadaires et que vous utilisez Gmail, assurez-vous de vérifier votre onglet de promotion… Comme toujours, je partage du contenu exclusif dans les courriels 🙂

Si vous souhaitez écouter cet épisode (en anglais) et tous les précédents, choisissez votre plateforme de streaming préférée ici ou cliquez ici pour  Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts.

Et merci à tous ceux qui ont déjà ajouté #THELEFTOVERBRIDE sur Goodreads et à ceux qui l’ont déjà précommandé ! Si vous l’avez déjà ajouté à Goodreads et ou précommandé (sur Amazon, iTunes, Kobo). J’ai également partagé de petits extraits en anglais avec tous ceux qui ont laissé un commentaire sur ma page d’auteur Facebook et/ou mon groupe de lecteurs Facebook. Je vais également faire de même avec la liste de diffusion de mes lecteurs et sur Instagram.

En ce qui concerne la version française de #THELEFTOVERBRIDE, j’aurai plus d’informations bientôt …

La semaine dernière, j’ai parlé de la Fondation Ulman et de l’importance de son travail pour moi. Et j’ai regardé si je trouvais un équivalent en France. Et j’en ai trouve plusieurs…dont Maisons Rose et également a Compiègne (je suis de l’Oise): la Maison Autour de la Vie. Mais je n’ai pas encore trouve de fondation qui aident spécifiquement les adolescents et les jeunes adultes de moins de 40 ans. Je vais continuer à chercher. Si vous en connaissez une, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Il y a quelques mois, j’ai partagé le fait que A SUMMER LIKE NO OTHER avait 115 évaluations sur Amazon.com… et devinez combien de critiques il a maintenant ? Il a maintenant 155 évaluations !

Et la version française UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES a déjà 32 évaluations!

L’accroche rapide pour Un été pas comme les autres est : Il enchaîne les conquêtes. Elle est la sœur de son meilleur ami. Ils ne devraient pas être ensemble. Mais cet été, la tentation est trop forte.

DANS LES COULISSES….

Saviez-vous que je n’avais pas prévu d’écrire UN ÉTÉ COMME LES AUTRES ? Saviez-vous que c’est ce livre qui a attiré l’attention d’un éditeur français, qui a été repris par ledit éditeur et qui m’a permis d’être dans les librairies françaises ?

J’ai publié la version anglaise en juillet 2015. Il y a presque six ans.

A SUMMER LIKE NO OTHER a été traduit en français, allemand, italien, espagnol, portugais et chinois.

Il est également disponible en livre audio en anglais (Audible Amazon iTunes Google Play Chirp Nook Audiobook Scribd BingeBooks )….et bientôt en Français.

Voici un petit extrait du livre audio en anglais narré par Megan Carter.

En fait, la traduction française de A SUMMER LIKE NO OTHER (qui s’appelle UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES) est mon livre le plus vendu…

J’ai vendu plus de 1300 exemplaires en format poche de l’édition anglaise de A SUMMER LIKE NO OTHER depuis 2015. Et il a été téléchargé gratuitement plus de 17000 fois. Je n’ai pas fait de publicité pour ce livre en anglais pendant des années et juste en juillet dernier, 400 personnes l’ont téléchargé et j’ai vendu 56 exemplaires de poche.

La version française a même de bien meilleurs chiffres : tant pour le livre électronique payant que pour la version de poche. D’autant plus que la version française de poche a été reprise par un éditeur français et a également été vendue dans les librairies et les supermarchés et Cultura et la Fnac et dans les bibliothèques…:-)

J’ai vendu plus de 4000 exemplaires d’ UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES . J’ai vendu 2992 exemplaires (ebooks + livre de poche) par le biais de mes différentes plateformes d’édition, ainsi que 1011 exemplaires de livre de poche par le biais de mon éditeur français (ces chiffres datent de 2019 – je n’ai pas encore reçu mes chiffres de vente 2020 de leur part). Et cela ne compte pas les pages lues lorsque UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES était dans Kindle Unlimited.

C’est vraiment le petit livre qui monte, qui monte, qui monte…:-)

Comment puis-je suivre mes ventes…

Je suis mes ventes principalement à l’aide de TrackerBox et BookReport et mon merveilleux mari, l’ingénieur chimiste, a également commencé à m’aider à analyser certaines des données. Il est très très très occupé, alors j’apprécie vraiment qu’il prenne le temps de m’aider à gérer le côté commercial des choses. Je veux dire, oui, il inspire aussi certains de mes personnages (comme il vous le dira) et m’écoute quand je parle de la conception de mon roman…

Dans TrackerBox, je peux ajouter tous les rapports de ventes de toutes les différentes plateformes et je peux voir toutes les données historiques, les données de revenus, les données unitaires et tout. Dans BookReport, qui est une extension de navigateur, je peux voir mes données Kindle Direct Publishing.

Le problème avec TrackerBox est que, là encore, il utilise les données du rapport mensuel et que certains d’entre eux (comme KDP) ne communiquent pas ces données par jour. Vous pouvez accéder aux données historiques par jour sur BookReport pour Kindle Direct Publishing mais j’aimerais vraiment avoir les données par jour pour tous les e-retailers.

Pourquoi ? Parce que comme je recommence à me pencher sur la publicité pour plusieurs de mes livres, j’ai besoin de savoir quel est mon retour sur investissement.

Dans le cours Ads for Authors que je suis actuellement, Mark Dawson fournit aux étudiants une liste Excel sur la façon de suivre les publicités Facebook et les ventes. Mais, dans l’un des groupes dans lesquels je suis pour le défi 5 Days Amazon Ads (qui est un cours gratuit), quelqu’un a partagé une capture d’écran de sa liste Excel et cela semblait parfait pour suivre toutes les publicités, les ventes et le retour sur investissement. J’ai essayé au fil des ans de créer différents tableaux et autres, mais rien ne fonctionnait vraiment.

J’ai vérifié sur Etsy pour voir si quelqu’un avait mis à disposition un tel tableau excel, mais je dois encore creuser dans d’autres endroits pour voir si je peux trouver la feuille de calcul excel qui me permettra d’être encore plus stratégique et plus conscient de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas en matière de publicité.

155 évaluations sur Amazon.com et plus encore…

Je veux dire, il est vrai que toutes les critiques ne sont pas dithyrambiques… celle qui se trouve en haut de la page Amazon est une critique à une étoile, qui dit aux lecteurs de ne pas lire A SUMMER LIKE NO OTHER parce qu’il vous mettra en colère. Et une autre sur le site allemand d’Amazon parle du fait que ce livre n’est pas Oscar Wild-esque et manque de morale…

Je voulais partager ces critiques complètes, mais apparemment, les critiques Amazon appartiennent à Amazon en raison des droits d’auteur ? Une autre chose à vérifier plus en détail plus tard.

Pourquoi est-ce que je vous dis que ce livre a reçu des critiques négatives ? Pour vous montrer que tous les livres ont des critiques négatives. Et c’est tout à fait normal. Tout le monde n’aime pas ce que vous écrivez. Tout le monde n’aime pas ce que j’écris.

Et certains de ces avis négatifs peuvent en fait favoriser vos ventes, croyez-le ou non. Les ventes de A SUMMER LIKE NO OTHER n’ont pas baissé depuis que cette critique d’une étoile a occupé le devant de la scène sur la page du produit.

Et même si j’ai toujours ces petits moments où mon estomac se serre au moment de la sortie d’un nouveau livre… je me demande si les premières critiques vont arriver, je vérifie la page de mon livre pour voir si quelqu’un l’a chroniqué ou ce que les lecteurs ont pensé de l’histoire sur laquelle j’ai passé des mois… je ne m’y attarde pas autant. En ce moment, pour #TheLeftoverBride, je suis très excitée car je crois en cette histoire, en mon écriture et ce livre à venir m’accompagne depuis un an et demi…

Et bien, c’est aussi vrai et plus facile de ne pas s’y attarder lorsque la plupart des critiques sont de quatre et plus, et que certains lecteurs disent qu’UN ÉTÉ COMME LES AUTRES est le meilleur livre qu’ils aient lu ou qu’ils sont tombés amoureux des personnages.

Et saviez-vous que A SUMMER LIKE NO OTHER a été chroniqué dans le Guardian ? C’est plutôt cool. 🙂

L’histoire derrière UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES…

Je n’avais pas prévu d’écrire Un été comme les autres.

Mon objectif était d’écrire ALWAYS SECOND BEST comme un roman indépendant qui accompagnerait ONE, TWO, THREE. Mais alors que je rédigeais ALWAYS SECOND BEST, je n’ai cessé de penser à cet été entre Nick et Em. J’ai continué à penser que j’avais besoin de mieux les connaître. J’ai continué à penser que je devrais peut-être l’écrire.

Alors, je l’ai fait. C’était un moyen d’apprendre à connaître Nick et Em et de rendre ALWAYS SECOND BEST plus fort.

C’était seulement censé m’aider à mieux comprendre les personnages, mais je suis tombée amoureuse de cette histoire d’été.

Et je l’ai rédigé très très rapidement. Il ne m’a fallu que quelques mois entre le moment où j’ai commencé à le rédiger et celui où je l’ai envoyé à mon correcteur.

Mes amies écrivaines qui lisent mes manuscrits et me donnent des conseils ont adoré l’histoire et je n’ai pas eu besoin de la réviser beaucoup. J’y avais tellement pensé pendant que je commençais à rédiger ALWAYS SECOND BEST que j’avais hâte de creuser plus profondément dans leur été.

Et ça a fini par être UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES (Nick & Em #1). Et le reste appartient à l’histoire…

Langues étrangèreset en français!

A SUMMER LIKE NO OTHER est disponible en français, allemand, italien, espagnol, portugais et chinois.

J’ai même signé avec un éditeur français !

Retour sur le mois de décembre 2016 : Signature du contrat avec mon éditeur français pour les versions françaises de ASLNO et ASB.

La version française de A SUMMER LIKE NO OTHER a été traduite par Edith Girval. Non, je ne traduis pas mes propres livres en français, mais je peux les relire et discuter avec mes traducteurs tout au long du processus. Traduire mes propres livres en français me prendrait une éternité et nécessiterait beaucoup, et je dis bien beaucoup, de corrections après coup. Non pas parce que je ne parle ou n’écris pas le français, mais parce que j’ai vécu hors de France pendant plus de la moitié de ma vie. J’en parlerai plus en détail plus tard. Je pense que cela peut être un article de blog ou un épisode de podcast entier.

UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES a vraiment décollé quand je l’ai publié. Il a grimpé dans les hit-parades…

La raison pour laquelle UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES a si bien marché en français est que je pense que je me suis lancé dans les publicités Facebook francophones alors qu’il n’y avait pas encore beaucoup d’auteurs qui faisaient de la publicité sur Facebook en France. Mon coût par clic était très bas (moins de dix centimes et est encore à ce jour d’environ 17 centimes) et s’est très bien converti en ventes. Je veux dire, regardez ça… Et l’annonce a eu beaucoup de succès à l’époque, même si elle contenait du texte, ce qui n’est généralement pas bon pour la conversion… J’ai répondu à tous les commentaires et aux questions des lecteurs sur le livre, sur les livres suivants, etc…

Une de mes publicités FB réussies en français pour la version française de A SUMMER LIKE NO OTHER.

J’ai publié ALWAYS SECOND BEST en français peu de temps après et il a également très très bien marché… et c’est ainsi que A SUMMER LIKE NO OTHER a attiré l’attention d’un éditeur français. C’est ainsi que A SUMMER LIKE NO OTHER a attiré l’attention d’un éditeur français et a fait de moi ce qu’on appelle un auteur hybride (auto-publié et publié traditionnellement).

Le 21 novembre 2016, j’ai reçu un email d’un éditeur français, qui m’a contacté pour savoir si je serais intéressé par une signature avec eux pour les versions françaises de A SUMMER LIKE NO OTHER & ALWAYS SECOND BEST. Plus un éventuel livre en option.

Au début, je pensais que c’était une arnaque.

Vraiment.

Je n’ai pas d’agent et je ne savais pas comment m’y prendre. Je ne recommande pas de vendre vos droits étrangers sans agent. Un agent aurait peut-être été en mesure de négocier différents aspects du contrat pour moi. J’ai eu de la chance, je pense. D’une part, parce que je parle français 😉 et que j’ai donc pu faire mes recherches, voir l’histoire de leur maison d’édition, regarder les autres auteurs avec lesquels ils avaient signé, et négocier directement avec eux. Je n’ai vendu que les droits de la version papier et pas d’autres formats ou langues. Deuxièmement, ils ont été très bons avec tous les suivis. Malheureusement, ils ne proposent plus la ligne YA, mais ils faisaient partie d’une plus grande maison d’édition et, par conséquent, je reçois toujours les informations sur les redevances et tout le reste.

Ils ont aussi acheté le livre en option ! Et ils ont également acquis la version française de ONE, TWO, THREE (VIVRE, AIMER, DANSER).

Septembre 2018 – Signature de mon contrat pour le livre d’option : La version française de ONE, TWO, THREE (VIVRE, AIMER, DANSER)…

J’ai eu une avance. J’ai eu des exemplaires d’auteur. J’ai eu de la promotion. J’ai même vu mes livres dans des librairies et les grands magasins français ! ! Écrire ceci me semble encore surréaliste, même si j’ai signé le premier contrat pour UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES et UNE SECONDE CHANCE il y a plus de 4 ans.

UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES  a même eu un « coup de cœur Fnac »!

Copies bilingues…

A SUMMER LIKE NO OTHER est disponible en plusieurs éditions bilingues (il faut vraiment que j’ajoute un onglet sur mon blog pour ceux-là 🙂 – à venir !)

Français/anglais Allemand/anglais, Allemand/italien, italien/anglais, anglais/espagnol et d’autres à venir…

Et il sera bientôt disponible dans encore plus d’éditions bilingues, car je vais récupérer les droits de plusieurs langues dans les semaines/mois à venir.

La première phrase en différentes langues…

The pop music blasts from the speakers so loudly that it resonates within me.

Des haut-parleurs s’échappe une musique pop assourdissante ; le son est si fort que chaque note résonne dans mon corps.

Die Popmusik dröhnt so aus den Lautsprechern, dass sie in mir widerhallt.

La musica pop esplode così forte dalle casse che mi risuona dentro.

La música pop suena tan fuerte en los parlantes que retumba en mi interior.

Uma música pop explode nos autofalantes, tão alta que ressoa dentro de mim.

Des scènes bonus?

Si vous avez lu UN ÉTÉ PAS COMME LES AUTRES  et que vous souhaitez recevoir des scènes bonus exclusives, n’hésitez pas à vous inscrire à ma lettre d’informations pour mes lecteurs 🙂

Merci à tous ceux qui ont donné une chance à mon petit livre, de mes partenaires critiques à mon éditeur français, en passant par tous ceux qui l’ont lu dans n’importe quelle langue ou format. Merci à tous ceux qui ont pris le temps de le critiquer. Merci à tous les lecteurs qui m’ont envoyé un e-mail pour me dire à quel point ils ont aimé ce livre…

J’ai deux bulletins d’information !

(1) Mes courriels hebdomadaires sur l’auto-publication : Le journal d’une écrivaine autoéditée aux USA…

(2) Un bulletin d’information pour mes lecteurs : plein de scènes bonus, des mises à jour sur mes livres, les émissions que je regarde, les livres que je lis, des cadeaux exclusifs et plus encore…

Cliquez sur ce lien et ajoutez simplement votre email et vous recevrez l’accès à une page pleine de contenu exclusif ! De plus, mes courriels comprennent des photos de mon chat et de mon chien… et ils sont plutôt adorables…:-)

Petit rappel : si vous voulez me soutenir, moi, ma carrière et ces billets hebdomadaires, la meilleure façon de le faire est soit (1) d’acheter un de mes livres ou livres audio ou de les recommander à votre bibliothèque, (2) de faire suivre ce billet à un ami, (3) de parler de mes livres à vos amis/famille.

Encore une fois, si vous voulez voir mon top 5 de mes erreurs d’autoédition, vous pouvez juste cliquer ici, ajouter votre email et vous aurez accès au pdf complet…

Si vous avez des questions sur mes aventures dans l’auto-édition ou sur tout ce que j’ai partagé avec vous aujourd’hui, n’hésitez pas à me contacter et je m’assurerai de vous répondre dans mon courriel de la semaine prochaine.

Merci!

Instagram – Bookbub – Facebook – Twitter Goodreads

autoedition, ecriture

Le journal d’une écrivaine auto-éditée: Plateformes d’auto-édition et…cigales.

Si vous êtes inscrit pour recevoir mes courriels hebdomadaires et que vous utilisez Gmail, assurez-vous de vérifier votre onglet de promotion… Comme toujours, je partage du contenu exclusif dans les courriels 🙂

Si vous souhaitez écouter cet épisode (en anglais) et tous les précédents, choisissez votre plateforme de streaming préférée ici ou cliquez ici pour  Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts.

Idéalement, cet article aurait été disponible tôt vendredi matin…. Mon objectif est de publier les épisodes les vendredis et les lundis.

Mais le matin, pas à 17 heures à mon heure… c’est-à-dire 17 heures dans le Maryland, où nous attendons les cigales. Vous savez, ces millions de cigales qui devraient sortir du sol entre le milieu et la fin du mois de mai… où elles se reproduiront pour la prochaine génération qui remontera  à la surface en 2038. Tous les 17 ans. Si ce phénomène vous intéresse, voici un article de 2013 publié dans Le Monde.

Je me demande : quelqu’un a-t-il lu une histoire où cette couvée de cigales sort du sol ?

En parlant de livres. Je viens de finir de lire Wilde Child d’Eloisa James… que j’ai adoré. Si vous avez aimé Bridgerton (la serie Netflix ou les livres de Julia Quinn sur lesquels la série est basée), lisez Eloisa James, Vanessa Riley, Tessa Dare, Sarah McLean, Courtney Milan et bien d’autres encore. Je suis en train de lire CINDERELLA IS DEAD de Kaylynn Bayron. Je n’en suis qu’au début mais les premières pages sont tellement bonnes. La première ligne ? Cendrillon est morte depuis 200 ans.

Comme vous le savez je vis aux Etats-Unis donc la plupart des informations qui suivent dans cet article sont surtout ce que je peux partager avec vous d’ici. Mais j’ai également pris le temps de chercher quelques liens qui pourraient vous être utile ou intéressant en français. 🙂

Vous avez donc décidé de vous autoéditer pour une raison ou une autre. Peut-être que l’idée vous a toujours intrigué… ou peut-être que vous avez un éditeur mais que vous aimeriez vous diversifier ou que vous voulez simplement tenter votre chance. Ou bien vous vous êtes demandé ce que j’ai bien pu faire ces sept dernières années. Ou vous avez commencé à lire mes articles sur le journal d’un auteur auto-publié, et vous vous demandez : Que diable est Draft2Digital ? Ou KDP ? De quoi parle-t-elle ?

Ce billet est un aperçu des différentes plateformes d’auto-édition (du moins celles que j’utilise) et de ce que l’utilisation de ces plateformes signifie pour les redevances. Gardez à l’esprit que ce sont les plateformes d’auto-publication que j’utilise. Il en existe beaucoup, beaucoup d’autres. Et merci à mon amie Tonya de m’avoir fait savoir qu’elle aimerait vraiment en savoir plus sur ce que je veux dire quand je parle de « publier sur Draft2Digital ».

L’auto-publication est techniquement facile. Il suffit d’aller sur Kindle Direct Publishing, de créer un compte, de remplir les détails du livre que vous voulez publier, puis de télécharger un document Word et d’utiliser leur outil de « conception de couverture » et c’est parti. Le livre est publié. Il est à la disposition du monde.

Et qui sait ? Vous pourriez gagner à la loterie (les chances ne sont pas en votre faveur). Ou si votre but est d’avoir un livre disponible à la vente et que c’est votre seul et unique objectif, alors vous n’avez peut-être pas besoin de passer par toutes les différentes options et de passer des heures, des semaines, des mois à essayer différentes stratégies et à réajuster vos objectifs. C’est pourquoi il est essentiel de savoir à l’avance quel est votre objectif en matière d’auto-édition.

Plateformes d’auto-édition …

Si vous commencez à chercher sur Google « self-publication platforms », vous obtiendrez plus de 30 000 résultats (et bientôt l’un d’eux pourrait être un de mes billets sur mon blog).

Ces articles sont très intéressants si vous souhaitez lire les différentes possibilités.

En français: Plateformes d’autoédition – comparaison
Et celui-ci également en français explique étape par étape comment publier sur Amazon.
En anglais: Un article surRedsyBlog, qui passe en revue les différentes plateformes actuellement disponibles, ainsi que leurs avantages et inconvénients.

En ce qui concerne les plateformes d’édition, certaines se concentrent sur la publication d’ebooks. D’autres se concentrent sur la publication de livres de poche ou de livres à dos. Certaines sont des agrégateurs (c’est-à-dire qu’elles distribuent votre livre pour vous aux détaillants en ligne). D’autres distribuent uniquement à la plateforme avec laquelle elles sont liées. Par exemple, si vous téléchargez votre livre électronique sur Kindle Direct Publishing d’Amazon (leur plateforme d’auto-édition), il ne sera disponible que sur Amazon. Je vous renvoie à une question-réponse avec Draft2Digital sur les agrégateurs (gardez à l’esprit la source de cette question). Bien sûr, ils énumèrent les aspects positifs de l’utilisation d’un agrégateur tel qu’eux-mêmes). Il existe des plateformes pour les livres audio (là encore, soit en tant qu’agrégateur, soit en lien avec le détaillant électronique). Et puis il y a celles qui font un mélange de tout. Certaines plateformes ont des frais que vous devez payer d’avance (comme IngramSpark), mais il y a généralement des coupons.

J’utilise les plateformes suivantes pour mes ebooks:

  •  Draft2Digital qui comme mentionné est un agrégat pour la distribution d’ebooks vers Apple, Kobo, les bibliothèques, Tolino et plus.
  •  Kindle Direct Publishing (la plateforme d’auto-édition d’Amazon) pour mes ebooks sur Amazon.
  • Google Play Books Partner pour mes ebooks disponibles sur Google Play.

Droits d’auteurs : Combien par livre dans l’auto-publication ?

Sur Kindle Direct Publishing, si vous fixez le prix de votre livre au-dessus de 2,99, vous recevez 70 % du prix moins les frais de livraison. Les frais de livraison par exemple pour mon livre de 295 pages sont d’environ 0,08 $. Cependant, sur KDP, vous ne recevrez que 35 % du prix fixé pour l’ebook dans certains pays (comme le Brésil ou le Mexique), à moins que vous n’inscriviez votre livre à Kindle Unlimited (Abonnement Kindle en France) par KDP Select.

Le format des redevances dans Kindle Unlimited est différent car vous pouvez gagner de l’argent de 3 façons différentes. En bref :

Par le passé, on a beaucoup parlé d’arnaques sur Kindle Unlimited. Par exemple : des auteurs qui remplissent leurs livres, des personnes engagées pour « lire » ou plutôt cliquer sur les pages du livre, des personnes utilisant des noms de plume et publiant du contenu plagié pour publier, et publier, et publier encore. Je mets ici en lien un article de The Guardian intitulé :  » Plagiat, book-stuffing,clickfarms. the rotten farm of self-publishing « .

Mais certains auteurs (qui ne sont absolument pas des escrocs et ne plagient pas) gagnent beaucoup d’argent en inscrivant leurs livres dans KU, même si ce n’est que pour 90 jours.

En inscrivant votre livre dans Kindle Unlimited (KDP Select), cet ebook devrait être exclusif à Amazon. Une période KDP Select est de 90 jours. Et oui, Amazon vérifie. J’ai reçu des e-mails à ce sujet par le passé, lorsqu’un de mes livres était encore disponible chez le détaillant français Fnac, alors que je l’avais retiré de D2D. D’après mon expérience, ce processus est désormais plus fluide. L’Abonnement Kindle est un peu comme le Netflix des livres pour les lecteurs. Les lecteurs paient un prix mensuel et peuvent emprunter 

Alors, combien d’argent obtiendriez-vous pour un livre à EUR 2.99 ?

Prenons mon livre LA PEUR DANS LE SANG….

LA PEUR DANS LE SANG (L’histoire de Dimitri et Erin. Pensez au film Scream mélangé à Criminal Minds) Je vends ce livre en ce moment pour EUR 2.99.

Et ce livre est en ce moment disponible dans l’Abonnement Kindle en France. 

Si vous achetez un exemplaire de LA PEUR DANS LE SANG sur Amazon.fr, mes redevances prévues via KDP pour chaque achat sont les suivantes : €1,92

Avec KDP select, je suis également payée lorsque quelqu’un qui est membre de l‘abonnement Kindle emprunte mon livre et le lit. Le paiement est par page et dépend des mois même s’il n’y a pas grande différence et est généralement un peu moins (si tout le livre est lu) que €1,92.

Suis-je satisfaite des plateformes qu’utilise?

Cette info est disponible pour les abonnés de mon email hebdomadaire.

Qu’en est-il des autres plateformes de vente d’ebooks ?

Il existe bien sûr de nombreuses autres plateformes que vous pouvez utiliser pour votre livre électronique (Smashwords, Lulu me viennent à l’esprit mais il y en a d’autres). Et vous pouvez aussi décider de vendre vos ebooks directement sur votre site web ou en utilisant BookFunnel par exemple (disponible en anglais). Ces mises en place nécessitent des frais (soit un montant unique, soit un montant mensuel).

Pour en revenir au début, le choix d’une plateforme dépend vraiment de vos objectifs et de vos stratégies.

Plusieurs sites web se penchent sur le marché des ebooks… quelle plateforme vend le plus d’ebooks ? Il est assez difficile de trouver la part de marché réelle des ventes d’ebooks d’Amazon sur le marché global des ebooks. Les chiffres que j’ai trouvés allaient de 67% à 83% – et ce n’était pas évident : comment KU est-il pris en compte dans ces chiffres ?

J’aborderai bientôt les différentes stratégies et ma propre expérience à cet égard. Parce que les deux ont des avantages et des inconvénients. Le fait d’inscrire vos livres dans KDP Select pour qu’il ne soient pas simplement disponible sur Amazon mais également dans l’Abonnement Kindle vous offre des outils promotionnels, mais il en va de même si votre livre est sélectionné pour des promotions chez d’autres détaillants en ligne. KU vous permet d’accorder des réductions sur votre livre pendant des périodes limitées… Ai-je mentionné que j’en parlerai plus en détail bientôt ?

Petit rappel : si vous voulez me soutenir, moi, ma carrière et ces billets hebdomadaires, la meilleure façon de le faire est soit (1) d’acheter un de mes livres ou livres audio ou de les recommander à votre bibliothèque, (2) de faire suivre ce billet à un ami, (3) de parler de mes livres à vos amis/famille.

Encore une fois, si vous voulez voir mon top 5 de mes erreurs d’autoédition, vous pouvez juste cliquer ici, ajouter votre email et vous aurez accès au pdf complet…

Si vous avez des questions sur mes aventures dans l’auto-édition ou sur tout ce que j’ai partagé avec vous aujourd’hui, n’hésitez pas à me contacter et je m’assurerai de vous répondre dans mon courriel de la semaine prochaine.

Merci!

Instagram – Bookbub – Facebook – Twitter Goodreads

ecriture

Le journal d’une écrivaine auto-éditée: Petit récapitulatif du mois de mars…

Si vous êtes inscrit pour recevoir mes courriels hebdomadaires et que vous utilisez Gmail, assurez-vous de vérifier votre onglet de promotion… Comme toujours, je partage du contenu exclusif dans les courriels 🙂

Aujourd’hui, il s’agit de garder en tête ce que j’accomplis.  Parfois, je suis tellement absorbée par toutes les tâches liées à chaque projet qu’il peut être difficile de se souvenir de tous les projets que j’ai menés à bien. Et vu que j’essaie d’être plus stratégique. 🙂

Si vous voulez me soutenir, ma carrière et ces articles hebdomadaires, la meilleure façon de le faire est soit (1) d’acheter un de mes livres ou livres audio ou de les recommander à votre bibliothèque, (2) de faire suivre cet article à un ami, (3) de vous inscrire à mon bulletin d’information des lecteurs si vous êtes intéressé par mes livres et mon écriture, (3) de vous abonner à mes courriels hebdomadaires sur l’auto-édition, (4) de parler de mes livres à vos amis/famille.

Quels livres et livres audio ai-je publiés ?

  1. Publication du livre audio A SUMMER LIKE NO OTHER narré par la merveilleuse Megan Carter. En termes de marketing, j’essaie de lancer une promotion  » Achetez-en un, recevez-en un gratuit « . Je vous tiendrai au courant. Je dois encore l’annoncer à ma newsletter. Mais je l’ai annoncé sur mon blog et sur Goodreads et j’ai profité d’une très bonne offre wordpress pour créer ce site web.
  2. J’ai publié un nouveau livre bilingue allemand/anglais : je l’ai annoncé aux abonnés allemands de ma lettre d’information, je l’ai annoncé sur mon blog, et je suis actuellement en train de booster l’un de mes posts sur Facebook auprès d’un public d’apprenants et de professeurs d’anglais en Allemagne également intéressés par la lecture et les romans d’amour sur Facebook.
  3. Publication d’un autre nouveau livre bilingue (français/italien). Je dois encore l’annoncer sur mon site français.
  4. Mise en pré-commande de Eine Zweite Chance (Always Second Best en allemand).
  5. Publication d’un nouveau livre bilingue anglais/espagnol : je l’ai annoncé sur mon blog.

Quels cours ai-je suivis en mars ?

  1. En rapport avec le marketing : Je suis toujours en train d’écouter le cours de Mark Dawson sur la publicité pour les auteurs.
  2. En rapport avec le marketing : J’ai participé à un séminaire en ligne GRATUIT sur Goodreads organisé par Alessandra Torre. Je partage un lien dans mon courriel. Je vais bientôt vous en dire plus sur ce cours et sur certaines stratégies que j’essaie. Je sais. Goodreads. Mais j’essaie une approche différente.
  3. En rapport avec l’écriture : J’ai commencé à lire le dossier de cours de Margie Lawson sur les règles viscérales (au-delà du martelage des cœurs).

Quel film/poste/documentaire que j’ai regardé sur l’écriture m’a inspiré ?

  1. Une de mes très bonnes amies, qui est aussi une amie écrivaine, m’a recommandé le documentaire Naughty Books sur Hulu. C’était très intéressant ! Beaucoup de réflexions.
  2. Ce post d’Erin Bowman sur l’édition sur Instagram : Amis auteurs, vous allez bien ?

Quel marketing/publicité ai-je fait en mars ?

  1. J’ai donné un coup de pouce à quelques publications sur Facebook – cela a créé plus de trafic vers certains de mes livres.
  2. J’ai changé certains de mes livres pour Kindle Unlimited et j’ai fait une promotion gratuite sur eux : par exemple avec

Les données relatives aux ventes, telles que les informations sur les formats et les pays qui sont actuellement mes meilleures ventes, sont accessibles aux abonnés de mes courriels hebdomadaires.

Je fais également un retour sur Instagram en participant au #AuthorLifeMonth2021 de Dahlia Adler…

Et puis j’ai écrit. Je n’ai peut-être pas écrit autant que je le voulais, mais j’ai écrit. Et je crois que j’ai écrit une de mes phrases préférées… Je pense que je vais partager cette phrase très bientôt. Mais j’essaie d’être plus stratégique à ce sujet. (Ha, la boucle est bouclée avec le premier paragraphe) 🙂

Petit rappel : si vous voulez me soutenir, moi, ma carrière et ces billets hebdomadaires, la meilleure façon de le faire est soit (1) d’acheter un de mes livres ou livres audio ou de les recommander à votre bibliothèque, (2) de faire suivre ce billet à un ami, (3) de parler de mes livres à vos amis/famille.

Encore une fois, si vous voulez voir mon top 5 de mes erreurs d’autoédition, vous pouvez juste cliquer ici, ajouter votre email et vous aurez accès au pdf complet…

Si vous avez des questions sur mes aventures dans l’auto-édition ou sur tout ce que j’ai partagé avec vous aujourd’hui, n’hésitez pas à me contacter et je m’assurerai de vous répondre dans mon courriel de la semaine prochaine.

Merci!

Instagram – Bookbub – Facebook – Twitter Goodreads

ecriture

Le journal d’une écrivaine auto-éditée: Mise en page en boucle et playback…

Parfois, la mise en page des livres bilingues ressemble à un jour qui se répète en boucle…et même si j’ai l’impression d’avoir perfectionné le processus, il y a toujours des problèmes. J’ai des fichiers qui s’appellent MISE À JOUR 1, MISE À JOUR 2, MISE À JOUR 3…. et ainsi de suite. Le formatage des livres bilingues est, à mon avis, un peu plus compliqué que le formatage de mes manuscrits ordinaires, simplement parce que je dois m’assurer que les sauts de page se produisent au moment voulu.

Et certains d’entre vous pourraient demander : « Mais Elodie, pourquoi n’utilises-tu pas tout ce temps pour écrire et publier du contenu original ? ». Et c’est une excellente question. Parce que j’ai plein d’idées. J’ai des idées pour une série, je suis en train de finir d’écrire ma première comédie romantique et je prévois d’en faire une série de romans autonomes. Donc, j’ai des idées. Et j’écris, mais peut-être pas autant que je le voudrais.

Mais je sais que mes livres bilingues génèrent des revenus.

Et tandis que je développe une stratégie (que je partagerai en détail avec vous) pour mes prochains romans et séries, je sais que travailler sur ces manuscrits bilingues est utile pour ma carrière. Et en tant qu’étudiante des langues étrangères (j’apprends actuellement le russe sur Duolingo et cela pendant plus de 250 jours d’affilée :-)) et ancien professeur de langues, j’aime que ces livres bilingues puissent aider les personnes qui apprennent une langue.

En parlant de langues, j’ai vu ce post sur Instagram l’autre jour qui a vraiment résonné et j’ai pensé le partager avec vous tous. Il dit : « Si quelqu’un vous parle avec un accent étranger, il est assez intelligent pour connaître deux langues et assez courageux pour faire son travail dans sa deuxième langue. »



Quoi qu’il en soit… j’ai passé beaucoup d’heures cette semaine à finaliser un autre livre anglais/allemand… Beaucoup d’heures cette semaine et encore plus d’heures pendant les semaines précédentes.

Et je suis heureuse de vous annoncer que j’ai réussi à publier EINE ZWEITE CHANCE (TEIL 1) / A SECOND CHANCE (PART 1) – Zweisprachiges Buch Deutsch / Englisch – Livre bilingue : Allemand / Anglais. ((Amazon.deAmazon.frGoogle PlayiTunesKobo…)

Pour publier ce livre, j’avais besoin de :

(1) A partir du manuscrit en anglais et du manuscrit en allemand, mettre en forme l’édition bilingue (manuellement) avec une page en allemand et le texte correspondant en anglais au verso.

(2) Demandez à une spécialiste linguistique indépendante de relire la traduction allemande une fois de plus.

(3) Passer en revue tous les changements, examiner et faire les changements nécessaires dans la traduction.

(4) S’assurer que l’intérieur du pdf a le bonne mise en page. Cela a pris un temps fou car à chaque fois que je téléchargeais le document Word, il y avait quelque chose qui n’allait pas… une tabulation de trop et cela peut vraiment perturber le formatage. J’utilise Draft2Digital pour réaliser l’intérieur du livre.

(4) Concevoir la couverture. 

(5) Ajouter une page de série sur Kindle Direct Publishing, Draft2Digital et Google Play pour « Zweisprachiges Buch Englisch Deutsch Nick & Em ».

(6) Ajouter toutes les métadonnées sur toutes les plateformes (résumé, mots-clés, catégories, etc…)

(7) Téléchargez les fichiers pour les ebooks.

(8) Créer le livre de poche dans Kindle Direct Publishing…
Comme mentionné… le formatage peut être légèrement frustrant par moments. Si mon mari lisait ceci, il rirait au sujet du « légèrement ».

Dans mon courriel hebdomadaire, j’ai partagé plusieurs vidéos 🙂

Cet article est une version tronquée de ce que mes abonnés à ma lettre d’informations ont reçu plus tôt dans la journée, ce qui signifie que je partage plus d’informations avec mes abonnés à « l’e-mail hebdomadaire du journal d’une écrivaine auto-publiée ». Vous pouvez vous abonner ici... En vous abonnant, vous aurez également accès aux numéros précédents et vous recevrez mes 5 erreurs principales d’autoédition.

Mais le processus peut aussi être amusant.

Je ne peux pas écouter de musique lorsque je suis en train de copier et coller le texte allemand pour l’adapter au texte anglais et vice versa, ou lorsque je vérifie des petits détails. Mais je peux mettre de la musique  lorsque je m’assure que le format est correct (titres là où il doit y avoir des titres, saut de page au bon endroit, pas de paragraphe supplémentaire…) et je chante très mal, ou je fais du playback (sur une des chansons demos de la comédie musicale Bridgerton). J’ai également partagé cette vidéo dans mon email :-).

Encore une fois, si vous voulez voir mon top 5, vous pouvez juste cliquer ici, ajouter votre email et vous aurez accès au pdf complet…

Avez-vous apprécié cet email ? Voulez-vous contribuer à me soutenir, moi et mes écrits ? Vous pouvez faire suivre cet article à quelqu’un qui pourrait être intéressé, acheter mes livres ou livres audio et, comme toujours, n’hésitez pas à me laisser un commentaire…

Si vous avez des questions sur mes aventures dans l’auto-édition ou sur tout ce que j’ai partagé avec vous aujourd’hui, n’hésitez pas à me contacter et je m’assurerai de vous répondre dans mon courriel de la semaine prochaine.

Merci!

Instagram – Bookbub – Facebook – Twitter

ecriture

Le journal d’une écrivaine auto-éditée: Mes 3 principales erreurs d’autoédition…

Comme vous le savez peut-être, j’ai commencé à m’autoéditer en 2014, j’ai donc acquis pas mal d’années d’expérience et j’ai fait de nombreuses erreurs en cours de route. Voici mon top 3!

Info importante : Ceci est une version tronquée de ce que mes abonnés à ma lettre d’informations ont reçu plus tôt dans la journée, ce qui signifie que je partage plus d’informations avec mes abonnés à « l’e-mail hebdomadaire du journal d’une écrivaine auto-publiée ». Vous pouvez vous abonner ici... En vous abonnant, vous aurez également accès aux numéros précédents et vous recevrez mes 5 erreurs principales d’autoédition.


Avant de commencer, si vous parlez anglais, j’aimerais partager des informations sur la façon de contribuer à mettre fin à la haine contre toutes personnes d’origine asiatique et les insulaires du Pacifique. L’augmentation des crimes haineux contre les AAPI aux États-Unis est stupéfiante, mais ce n’est pas un phénomène nouveau. Et je sais que cela n’est pas isolé aux USA. Tif Marcelo a partagé un poste sur Instagram (Ne pas détourner les yeux). Si vous le pouvez: lisez-le et ne détourner pas les yeux. Et Susan Dennard a partagé ces liens avec ces mots: « S’il vous plaît, informez-vous sur le racisme des AAPI. S’il vous plaît, dites quelque chose quand vous le voyez en action. Et si vous le pouvez, s’il vous plaît, faites des dons à des causes qui peuvent aider. »


  1. Penser que mon livre deviendrait un succès de vente instantané – juste parce qu’il était bon. Laissez-moi vous dire que ce n’est pas suffisant 😊. Rationnellement parlant, je savais que ce ne serait peut-être pas le cas, mais je pensais que la plupart des premières critiques étaient si positives, même de la part de personnes que je n’avais jamais rencontrées ! C’était époustouflant, et j’ai beaucoup rêvassé. Je rêvasse encore très souvent. Il m’arrive de m’endormir en rêvant que mes livres seront repris par Netflix ou par la chaîne Lifetime Movies. Ou je rêvais que ma série de livres audio Gavert City était téléchargée des milliers de fois avec des gens qui s’extasient sur la narration de Megan (ce qu’ils font déjà, mais maintenant nous aurions des milliers de téléchargements par jour 😊). Quoi qu’il en soit… En 2014, une petite partie de moi pensait que je serais peut-être ce succès du jour au lendemain. Celui dont les gens parlent, sans réaliser que le overnight signifie généralement des années d’écriture et parfois des années de publication. J’ai lu à l’époque des auteurs qui réussissaient en autoédition, mais (a) je n’ai pas vraiment défini ce que réussir signifierait, (b) je n’avais pas de repères.

    Ne vous méprenez pas… Je n’avais pas tout laissé à la chance. Oh, non, non, non. Je pensais que j’avais tout sous contrôle et que j’étais prêt à réussir. Après tout, j’avais une superbe couverture, des critiques préliminaires et un plan de sortie (avec révélation de la couverture (en anglais), tournées de blogs, Netgalley…). Cela signifiait que je le sortirais et que tout le monde voudrait le télécharger et que je serais prêt pour le succès.
    Alerte spoiler : en juin 2014, lorsque j’ai publié ONE, TWO, THREE (VIVRE, AIMER, DANSER), j’ai vendu 45 exemplaires… Donc. Pas un succès du jour au lendemain. 😊

    Parfois, on a l’impression que l’auto-publication est un sprint. Et peut-être que parfois c’est le cas. Mais pas toujours… Et le marketing ne s’arrête pas au mois de la sortie…  
  1. Faire de la publicité auprès du mauvais public et quand je dis « mauvais » je parle d’un public qui n’était pas intéressé. Lorsque j’ai commencé à m’autoéditer en 2014, je pensais qu’il était essentiel d’avoir une page Facebook avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de personnes qui me suivaient – ce qui aurait pu être vrai si j’avais d’abord analysé le public qui serait le plus susceptible d’acheter mon livre. Je visais un public mondial à une époque où mes livres étaient (a) uniquement en anglais, (b) sur des plateformes qui n’étaient pas nécessairement accessibles aux lecteurs du monde entier. Et à cette époque, je ne ciblais pas vraiment mes annonces…

    Alors oui, j’avais beaucoup de « followers », mais pas un énorme public de lecteurs intéressés par mes livres. C’est une erreur que j’ai refaite, mais de manière plus structurée, car j’essaie encore de voir quelles annonces fonctionnent le mieux pour différents publics. J’ai réussi en France (et j’en parlerai dans mon email hebdomadaire dans les semaines à venir), mais mon taux de conversion (combien de personnes achètent effectivement un livre après avoir cliqué sur un lien) est encore trop faible pour le marché américain. Mais rien… rien par rapport à il y a 7 ans.
  1. Je ne me suis pas assez concentrée pas sur ma lettre d’info. Je me souviens avoir lu il y a des années… et je veux dire il y a des années qu’il était important d’avoir une lettre d’information parce que les algorithmes des médias sociaux changent (et bon sang, ils changent). De cette façon, vous pouvez établir une plus grande connexion avec le lecteur. Certaines lettres d’information auxquelles je suis abonnée m’informent uniquement des nouvelles ventes de l’auteur. D’autres me parlent des livres qu’ils lisent, de la façon dont ils écrivent, des films ou des podcasts qu’ils apprécient, ou d’autres choses qui se passent dans leur vie. Ai-je déjà acheté ou ajouté un commentaire sur un livre sur la base d’une newsletter ? Oui. Oui, je l’ai fait. J’ai un groupe de lecteurs sur Facebook (si vous y êtes, merci 😊), mais je ne passe pas beaucoup de temps sur Facebook. Et je n’ai pas Facebook sur mon téléphone. Et chaque fois que je publie quelque chose sur mon groupe Facebook, la portée (les personnes susceptibles de le voir dans leur flux) est d’environ 35 à 50 sur plus de 400 membres du groupe Facebook). Plus de personnes ouvrent mes e-mails. Et j’ai l’impression que les gens se désabonnent davantage lorsqu’ils ne sont plus intéressés. Pourtant, je suis dans des groupes Facebook que je n’ai pas consultés depuis des années… donc… oui, je me suis recentrée sur la création d’une newsletter pour mes lecteurs.

    Ce n’est pas comme si nous n’étions pas aussi dépendants des changements avec les emails. Lorsque Google a introduit les onglets dans Gmail, certaines newsletters se sont retrouvées dans l’onglet Promotions, qui n’est pas forcément lu aussi souvent…Quoi qu’il en soit…😊.

    Je m’interroge sur la nouvelle plateforme annoncée par Facebook le 16 mars. Elle s’inscrit dans le domaine de l’abonnement à la newsletter et mentionne également l’utilisation de groupes. Cela va-t-il changer l’algorithme ? Apparemment, cela pourrait donner plus d’outils aux écrivains et contribuer à la croissance de l’audience… mais là encore, on peut être tributaire des changements…

    Ne pas me concentrer sur ma newsletter a été l’une de mes erreurs d’auto-publication, principalement parce que je ne publie pas un livre tous les deux mois environ. Les bulletins d’information m’aident à rester en contact avec mes lecteurs entre deux publications (ce que j’adore faire) et à élargir mon public.

Et ce sont mes 3 principales erreurs d’auto-publication.

Encore une fois, si vous voulez voir mon top 5, vous pouvez juste cliquer ici, ajouter votre email et vous aurez accès au pdf complet…

Avez-vous apprécié cet article ? Voulez-vous contribuer à me soutenir, moi et mes écrits ? Vous pouvez faire suivre cet article à quelqu’un qui pourrait être intéressé, acheter mes livres et, comme toujours, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Si vous avez des questions sur mes aventures dans l’auto-édition ou sur tout ce que j’ai partagé avec vous aujourd’hui, n’hésitez pas à me contacter et je m’assurerai de vous répondre dans mon courriel de la semaine prochaine.

Merci!

Instagram – Bookbub – Facebook – Twitter